VALLÉE DU TAGE

Lire la suite

Publicités

Extraits choisis. Noces, Camus

Au printemps, Tipiasa est habitée par les dieux et les dieux parlent dans le soleil et l’odeur des absinthes, la mer cuirassée d’argent, le ciel bleu écru, les ruines couvertes de fleurs et la lumière à gros bouillons dans les amas de pierres. À certaines heures, la campagne est noire de soleil. Les yeux tentent vainement de saisir autre chose que des gouttes de lumière et de couleurs qui tremblent au bord des cils. L’odeur volumineuse des plantes aromatiques racle la gorge et suffoque dans la chaleur énorme. A peine, au fond du paysage, puis-je voir la masse noire du Chenoua qui prend racine dans les collines autour du village, et s’ébranle d’un rythme sur et pesant pour aller s’accroupir dans la mer.

Lire la suite « Extraits choisis. Noces, Camus »

Extraits choisis. Résurrection, Tolstoï

« Il admirait cette journée magnifique, ces nuages sombres et épais qui venaient parfois masquer le soleil, ces champs de blé nouveau, sillonnés de paysans derrière leur charrue, et qui retournaient leur avoine. Il contemplait ces semailles d’automne d’un vert foncé au-dessus desquelles s’élevaient des alouettes, les bois déjà couronnés de verdure fraiche, à l’exception des chênes tardifs, les prés où paissaient les troupeaux bigarrés de chevaux et de bœufs, et les terres au loin où il apercevait des laboureurs ; mais par moments, la pensée de quelque chose de désagréable revenait à lui, et quand il se demandait quoi, il se rappelait le récit du cocher sur la façon dont l’Allemand administrait son bien. »

Lire la suite « Extraits choisis. Résurrection, Tolstoï »

Extraits choisis. La jeunesse d’Adrien Z, Panaït Israti

«Dans la fourmilière humaine, il y a des hommes qui n’ont pas assez de leur propre vie, de leur souffrance, de leur bonheur et qui se sentent vivre toutes les vies de la terre ; mille béatitudes ne les empêchent pas d’entendre un gémissement ; mille douleurs ne peuvent les priver d’une seule joie.
Ce sont les hommes-échos : tout résonne en eux ! »

Lire la suite « Extraits choisis. La jeunesse d’Adrien Z, Panaït Israti »

Extraits choisis. L’homme révolté, Camus

« La sculpture ne rejette pas la ressemblance dont, au contraire, elle a besoin. Mais elle ne la recherche pas d’abord. Ce qu’elle cherche, dans ses grandes époques, c’est le geste, la mine ou le regard vide qui résumeront tous les gestes et tous les regards du monde. Son propos n’est pas d’imiter, mais de styliser, et d’emprisonner dans une expression significative la fureur paysagère des corps ou le tournoiement infini des attitudes. Alors, seulement, elle érige, au fronton des cités tumultueuses, le modèle, le type, l’immobile perfection qui apaisera, pour un moment, l’incessante fièvre des hommes. L’amant frustré de l’amour pourra tourner enfin autour des corés grecques pour se saisir de ce qui, dans le corps et le visage de la femme, survit à cette dégradation. »

Lire la suite « Extraits choisis. L’homme révolté, Camus »

WordPress.com.

Retour en haut ↑