« JE VOIS L’OMBRE D’UN MONSTRE QUI SE CACHE DANS LE LAC »

« Je ne peux pas goûter parce que tout est dur, pas bon et grand. Je touche la piste, les champs, les gros avions et les restaurants pas bons. J’entends le bruit des avions, les hauts-parleurs, la police, les gens marcher et les personnes qui ont loupé leur avion. Je sens l’essence des avions, les gros hamburgers, les champs coupés, les personnes fumer. Je vois des avions, des hangars, des champs » 

À partir d’un détail de photo aérienne, extrait de texte d’Esteban, élève de CM2 à l’école Eugène Pottier de Saint-Jacques-de-la-Lande

img_0042img_0043img_0027img_0031

 

 

Tous et toutes explorateurs et exploratrices de l’ordinaire. « Il faut beaucoup de philosophie pour observer une fois ce qu’on voit tous les jours », disait Rousseau. Ouvrez les yeux et partez à la découverte de votre propre territoire. Avec vos yeux, vos yeux d’enfants. Aidez moi à regarder le monde tel que je le voyais il n’y a pas si longtemps. Aidez moi à me souvenir. Je veux me revoir enfant, pédaler à toute vitesse d’un village à l’autre, patauger dans les marres, dans les flaques, dans les ruisseaux, inventer des rituels étranges, explorer des décharges sauvages et trouver des trésors. Je veux rêver avec eux de terrains vagues, de terrains de jeux, de bateaux de pirates. Je leur parle d’aventures et d’explorations. On prépare notre voyage. Avec des cartes, des loupes et des boussoles. Des lampes à pétroles, des animaux imaginaires, des plantes rares et des fossiles de dinosaures.

Avant la grande exploration, un exercice est proposé aux enfants. Chaque élève dispose d’un morceau de photo aérienne, comme les fragments éparpillés de leur territoire.
Entrez dans la photo, imaginez vous dans ce paysage et décrivez ce que vous voyez. Utilisez tous vos sens, grands ouverts.

 

« Je vois des avions dans le ciel.
Je vois la piste de décollage.
Je vois un avion dans l’herbe.
J’entends le bruit de l’avion.
Je touche un avion.
Je sens l’avion qui me touche.
J’écoute la nature me chanter une chanson. »

img_2973img_2977img_2963

« Il y a beaucoup de verdure. Je peux toucher les feuilles. Je peux sentir l’air frais qui m’illumine. Je peux écouter le bruit des brumes fraiches du printemps. Je peux gouter les fruits de cette forêt magnifique. Je peux sentir l’odeur de la mer bleue. Je peux écouter les oiseaux chanter le jour. Je peux voir les feuilles tomber. Je peux voir les animaux bouger et vivre. Je peux nager dans la rivière froide et peuplée de poissons. Je peux écouter la brume de fleurs d’été. Je peux toucher le tronc d’arbre dur. »

 

Puis, imaginez la légende de votre photo et redessiner la carte de votre paysage.
Enfin, synthétisez le, d’un seul trait, d’une seule couleur. Tirez en sa substance.

 

capture-decran-2016-12-23-a-00-38-44

 

 

capture-decran-2016-12-23-a-00-38-58

 

 

capture-decran-2016-12-23-a-00-39-25

 

capture-decran-2016-12-23-a-00-49-36

« Je m’allonge et j’écoute le silence, le chant des oiseaux et la douce brise du vent. »

 

Ateliers en cours sur l’année scolaire 2016-2017 – en partenariat avec l’école de Saint-Jacques-de-la-Lande et le Théâtre de l’air libre et en collaboration avec Guénolé Jezequel, Alexandre Koutchevki et Maryse Druault

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑