Extraits choisis. La jeunesse d’Adrien Z, Panaït Israti

«Dans la fourmilière humaine, il y a des hommes qui n’ont pas assez de leur propre vie, de leur souffrance, de leur bonheur et qui se sentent vivre toutes les vies de la terre ; mille béatitudes ne les empêchent pas d’entendre un gémissement ; mille douleurs ne peuvent les priver d’une seule joie.
Ce sont les hommes-échos : tout résonne en eux ! »

«Le charme, le pittoresque, l’intéressant de la vie d’un homme à l’âme puissante, tumultueuse, et en même temps aventureuse, n’est pas toujours dans les faits saillants de cette vie. Dans le détail réside souvent la beauté. Mais qui écouterait le détail? Qui le gouterait? Qui le comprendrait surtout? »

Publicités

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑